Les poissons-papillons : Chaetodon, Chelmon, Forcipiger, Hénioches…

La famille des poissons papillons est riche de 12 genres, mais les plus rencontrés dans le commerce aquariophile sont Chaetodon, Chelmon, Forcipiger, Heniochus, Parachaetodon et Hemitaurichthys. La taille varie entre 10 à 30 cm selon les espèces, avec une taille médiane de 12-14 cm pour la plupart des Chaetodon, Chelmon et Forcipiger. Si quelques espèces sont compatibles avec l’aquarium récifal et ses coraux, beaucoup sont incompatibles : il faut vérifier pour chaque espèce. L’alimentation est un point crucial pour la maintenance des poissons-papillons. (Voir fiche Papillon)

Papillon

Les poissons papillons ont un corps fortement compressé, la nageoire dorsale comprend des rayons épineux très épais sur sa région antérieure, qui donne l'impression d'une crête rigide lorsque la nageoire est détendue. La nageoire anale et la partie postérieure de la nageoire dorsale sont très amples, permettant de mouvements d'une grâce incomparable, et une capacité de stabilisation maximale, notamment pour rester longuement en suspension au-dessus de leur aliment favori, les polypes coralliens : sur le récif naturel, ils donnent l'impression de butiner de colonie en colonie, d'où leur nom vernaculaire.

Ils possèdent une petite bouche au bout d'un museau plus ou moins allongé. Certains genres comme les Forcipiger ont même le museau quasiment aussi long que leur corps ! La longueur de cet appendice dénote le régime principal : ceux qui ont un museau plutôt court vont plutôt s'alimenter de polypes coralliens de scléractiniaires relativement accessibles, tandis que ceux au museau plus allongé ont pour alimentation de base les vers (néréis...), vers tubicoles, divers petits mollusques et bivalves, ou encore les anémones et colonies d'ascidies, parfois très enfouis dans les anfractuosités du récif. Cet outil en pincette est alors idéal pour les débusquer.

Beaucoup d'espèces ont un régime complémentaire comprenant des algues filamenteuses et des œufs de poisson : ces deux types d'aliments seront à considérer pour la maintenance en aquarium.
Leurs dents en forme de soies fines, implantées en peigne renseignent le nom scientifique issu du grec ancien: « chaete », qui signifie poil et « odous », les dents. Le genre Chaetodon est surreprésenté, avec 88 espèces distinctes à ce jour, pour seulement quelques espèces pour les autres genres.

La plupart des espèces se rencontrent par paire, le plus souvent un couple sexué et monogame sur le long terme. Le sexe est déterminé à la naissance et ne change pas au cours de la vie du poisson, et comme le dimorphisme sexuel est très ténu, voire invisible, il faudra veiller à implanter un couple déjà formé pour une maintenance en paire dans l'aquarium. Cet achat par couple est d'ailleurs fortement recommandé, pour le bien être des poissons.

On rencontre aussi les poissons papillons en trio ou petit groupe monospécifique ou en association de plusieurs espèces. Certaines espèces, comme les Hemitaurichthys, se réunissent en large banc.

En aquarium, il est recommandé de se cantonner aux espèces planctonivores/benthivores ou à celles dont le régime alimentaire est le plus varié possible, pour garantir le meilleur taux de survie. Les corallivores stricts sont de maintenance extrêmement délicate, à moins de disposer d'une source inépuisable de coraux adéquats le temps de l'acclimatation à d'autres aliments, qui peut prendre un temps très long, voire ne jamais se faire.

L'introduction en aquarium récifal est évidemment incompatible pour la plupart des espèces. Quelques espèces seulement (les plus planctonivores/benthivores) seront compatibles, comme Chelmon rostratus, Forcipiger flavissimus ou encore Hemitaurichthys polylepis. Mais s'ils épargnent les coraux, en revanche les vers, vers tubicoles, sabelles, protula et souvent les anémones et les Zoanthus sp. seront dévorés rapidement.

L'acclimatation des Chaetodontidae doit être réalisée avec douceur, ce sont des poissons fragiles et facilement stressés. Il faut que l'aquarium offre un espace de nage bien dégagé, de nombreuses cachettes et recoins à la taille des poissons, et qu'il ne soit pas déjà peuplé d'espèces agressives.

Il est plutôt rare qu'ils acceptent la nourriture sèche (paillettes ou granulés), même après plusieurs années de captivité, sauf les espèces les moins difficiles comme Chelmon rostratus et Forcipiger longirostris.

Accueil

    Mon compte